s'abonner: Articles | Commentaires

Le casse-tête qui coûte si cher

Commentaires fermés sur Le casse-tête qui coûte si cher

Le Président de la République et le Gouvernement avaient promis de réformer l’organisation territoriale de la France pour faire des économies.

Or, au final, les Français se rendent compte que la grande réforme territoriale élaborée fébrilement par le Gouvernement à coups d’hésitations et de renoncements successifs n’a qu’un seul résultat : les perdre encore un peu plus dans le labyrinthe, si coûteux, de l’organisation de l’Etat. Comme si finalement, on voulait brouiller les pistes de ceux qui prennent les mauvaises décisions pour mieux renvoyer la responsabilité aux élus locaux, avec bien souvent, des arrière-pensées politiciennes.

Prenons l’exemple qui concerne les Rosnéens : la création de la Métropole du Grand Paris, à compter du 1er janvier 2016. En l’état de la loi votée il y a quelques mois par le Parlement, la Métropole est un échelon local de plus entre les départements et les Régions ; soit au final, uniquement pour l’échelon local, pas moins de 4 strates de collectivités : les communes, les intercommunalités (ou futurs Territoires), les départements de la petite couronne et la Région
Ile-de-France. Qui dit un échelon de plus, dit également des dépenses en plus (fonctionnement, personnels, etc.). A l’heure où on parle de diminuer les dépenses publiques, on comprend très mal les calculs savants du Gouvernement.

Le bon sens aurait voulu que le Gouvernement supprime dès maintenant les départements de la petite couronne au lieu de renvoyer très courageusement la décision à 2020. Mais le courage politique lui a manqué une fois de plus.

Gageons que les prochaines échéances départementales et régionales seront l’occasion de permettre aux Franciliens et particulièrement aux Rosnéens de sanctionner ce manque de courage et cette réforme territoriale ratée.

Sur Facebook

commentaires

Les commentaires sont clos.