s'abonner: Articles | Commentaires

Logement sociaux : Précipitation et incohérence

Commentaires fermés sur Logement sociaux : Précipitation et incohérence

La nouvelle loi sur le logement social présentée lors d’un conseil des ministres du mois de septembre dernier est un signe supplémentaire du dogmatisme et de méconnaissance totale de la réalité à laquelle sont confrontés les maires, de la part du Gouvernement de M. Hollande et de la part de Madame Duflot en particulier.

Cette loi est d’abord précipitée. Un principe devrait prévaloir : on ne change pas les règles du jeu en cours de route. Or la loi de 2001 sur le logement social, donne jusqu’à 2020 aux communes pour atteindre les 20% de logements sociaux. Sauf à quelques très rares exceptions, les communes respectent leurs engagements triennaux pour atteindre progressivement ces 20% en 2020. La construction de logements ne se fait pas par un coup de baguette magique et ce n’est pas en donnant des coups de menton en exigeant maintenant 25% que le problème sera réglé. Le nombre insuffisant de logements relève plus de difficultés techniques que d’un manque de motivation dans une très grande majorité de cas.

C’est la raison pour laquelle cette loi est également incohérente. Il est évident que les marges de manœuvre des petites communes et celles de grandes agglomérations n’ont rien à voir. Exiger le même taux de logements sociaux, de manière uniforme, quelle que soit la taille de la commune, quelle que soit sa situation géographique, quelle que soit sa topographie est la marque d’un manque de réalisme patent et d’une gestion idéologique d’un problème qui appelle à l’inverse des réponses circonstanciées, précises et adaptées.

Sur Facebook

commentaires

Les commentaires sont clos.