s'abonner: Articles | Commentaires

Droit de vote des étrangers : Non à la politique des dhimmis !

Commentaires fermés sur Droit de vote des étrangers : Non à la politique des dhimmis !

En Orient, les dhimmis désignaient des citoyens qui acceptaient de se soumettre à un nouveau pouvoir auprès duquel ils s’acquittaient d’un impôt de capitation pour que ce dernier leur assure une sécurité personnelle et matérielle ainsi que d’autres libertés dans une forme limitée. Vu la loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers, le parti socialiste est en passe de réinstaurer des pratiques comparables.

D’après le texte récemment proposé au Sénat, le droit de vote aux élections municipales est accordé « aux étrangers non ressortissants de l’Union européenne » ; ce qui d’emblée brade la notion de citoyenneté française et communautaire ainsi que la souveraineté même du pays, éléments déjà maintes fois débattus. En effet, habiter un territoire depuis 5 ans n’est pas en soi une manifestation de la volonté d’en obtenir la citoyenneté alors pourquoi administrer de force ce droit ? Et quid de la part, peut-être minoritaire, de celles et ceux qui n’en veulent pas ?

« Le droit d’être élu, mais pas trop »

Cette démarche vise manifestement à continuer de faire des étrangers un marchepied des ambitions électoralistes de socialistes eux bien français.
En effet, en plus du droit de vote on accorde à ces mêmes étrangers les droit d’être élu… mais pas trop ! D’après le même texte « ils ne peuvent exercer les fonctions de maire ou d’adjoint, ni participer à la désignation des électeurs sénatoriaux et à l’élection des sénateurs ».

Autrement-dit, les étrangers qui voudraient s’investir dans la vie citoyenne française par l’exercice d’un mandat électoral auraient le droit de voter pour des gens sans pouvoir apporter une contribution du même niveau qu’eux dans la vie citoyenne locale. Nous avons bien deux catégories de citoyens : ceux qui servent à élire et ceux qui servent à se faire élire.

« Le parti socialiste devrait d’abord réfléchir sur sa propre conception de la diversité »

De là, il n’y a qu’un pas vers l’apparition de municipalités socialistes où l’ensemble des conseillers municipaux de la majorité (en dehors du Maire et de ses adjoints) seraient des étrangers dont la principale prérogative aura été d’amener les voix de leurs communautés respectives lors des élections ainsi que de voter les décisions du conseil municipal. Quelle belle vision de l’intégration !

Aussi, avant de légiférer sur le droit de vote des étrangers, le parti socialiste devrait d’abord réfléchir sur sa propre conception de la diversité. En effet, la direction de ce parti, comme celle de beaucoup d’autres, ne se démarque pas par sa représentativité ethnique, culturelle ni même sociale de notre pays ; mais c’est le seul parti qui pousse l’hypocrisie jusqu’à se servir de ceux-là même qu’il refuse de le laisser le diriger pour continuer d’exister.

Aussi, l’une des vraies valeurs de l’intégration réside dans le caractère volontaire de cette démarche. S’intégrer c’est décider d’aller vers un ensemble, contribuer à son bon fonctionnement et en être solidaire. C’est ce qu’a fait plus d’un million d’étrangers naturalisés sur les 10 dernières années. Que dira le parti socialiste à ceux qui ont légitimement acquis le droit d’exprimer leur voix aux élections locales ?

« Assouplir les critères de naturalisation plutôt que de créer un statut de citoyen de seconde zone »

Fustiger cette initiative n’aurait pas de réel sens si aucune alternative n’existait. Ainsi, dans un élan de dignité et d’élégance, le gouvernement aurait pu, tout simplement, assouplir les critères de naturalisation plutôt que de créer un statut de citoyen de seconde zone. Cela aurait au moins un mérite : rassembler les Français autour de leur citoyenneté, au lieu de les diviser en cultivant l’ambiguïté dans la répartition des droits entre eux et les étrangers.

Finalement, l’octroi d’un droit allégé de voter et d’être élu aux étrangers servira plus aux Français socialistes désireux d’être élus qu’aux étrangers désireux de s’investir dans la vie citoyenne Française.

Sur Facebook

commentaires

Les commentaires sont clos.