s'abonner: Articles | Commentaires

Après les fêtes la « dé – fête »

Commentaires fermés sur Après les fêtes la « dé – fête »

L’année 2011 a été marquée par un fait tout à fait nouveau, devenu à priori un sport National, je veux parler du rendu des cadeaux de Noël.

Exit le chandelier offert par tata Madeleine, la console de jeux en trois exemplaires du cousin Lucien, le kit du petit chimiste de pépé Maurice et la poupée barbante avec son string et ses prothèses mammaires de chez monsieur PIP, cadeau de la cousine Morgane.

Tous ces cadeaux coûteux et inutiles qui ne font plaisir qu’à ceux qui les offrent et déçoivent apparemment rapidement ceux qui les reçoivent.

Tous ces présents se retrouvent donc en vente sur Internet ou bien font l’objet d’échange, après négociation avec les magasins où ils ont été achetés, quelques jours seulement après leur distribution, de là à penser que le Père Noël et ses lutins bossent pour des prunes il n’y a qu’un pas.

En fait les gens, de bonne foi, se font abuser par un bel emballage avec plein de belles choses écrites dessus en petits caractères.

Au même titre que l’habit ne fait pas le moine le contenant ne fait pas la qualité du contenu et souvent la déception est cruelle.

Un exemple, François Hollande, il essaye d’attirer l’électeur par un emballage, certes un peu désuet, un peu Mitterrandien, l’intelligence et le machiavélisme en moins, mais en tous cas qu’il veut attractif, et pourtant qu’offre-t-il ? Combien de déceptions en perspective ?

Le problème avec Hollande c’est qu’il n’y a pas de retour possible en magasin, le cadeau foireux et infourguable c’est pour cinq ans et en plus on est obligé de se procurer les accessoires hyper coûteux sans lesquels il ne fonctionne pas, du vieux matos mais qui consomme un max, tatie Martine, même pas liftée, tonton Jack, la teinture flamboyante, le cousin Laurent, un vieux tableau, et l’ex au François, l’éleveuse du Poitou, de quoi mettre à plat l’économie des ménages et celle du pays.

 Si on y ajoute en plus les jeunes loups du PS, des verts et de l’ultra gauche qui montreront les crocs dès qu’ils seront à table afin d’écarter de la meute tous les vieux croutons, les soirées au coin du feu risquent d’être animées.

Cinq belles années en perspective, augmentation de la dette, du chômage, perte de crédibilité au plan international, désarroi des Françaises et des Français qui jureront qu’on ne les y prendra plus, atteinte aux libertés syndicales et aux valeurs de la gauche, tout ce qui s’est passé quand François Mitterrand était Président.

Comme un train, un François peut en cacher un autre, ne nous offrons pas un cadeau inutile, cher et dangereux, en jouant les apprentis sorciers par masochisme ou par manque de discernement.

Puisque nous parlons des François, quelques mots, pour finir, sur l’égocentriste du Béarn, celui qui se prétend centriste mais dont la couleur orange est plutôt sanguine tant elle rosit au contact de ses amis socialistes et de ses mauvais penchants, dans quel sens ira sa girouette au soir du premier tour ? En fonction de quel vent ? Quelle confiance peut-on avoir dans un homme qui, comme son représentant à Rosny-sous-Bois, penche du côté où souffle le vent au gré des circonstances et de son intérêt personnel, sans aucun respect pour son électorat ni ses convictions politiques.

Meilleurs vœux à toutes et tous, l’avenir nous appartient.

Sur Facebook

commentaires

Les commentaires sont clos.