s'abonner: Articles | Commentaires

Inauguration de la rue Claude Pernès

1 commentaire

C’était bien le minimum qui lui était dû. En hommage au bâtisseur et à l’homme de conviction qu’a été Claude Pernès, la municipalité a décidé de rebaptiser la rue Rochebrune, où se situe la mairie, à son nom.

La cérémonie aura lieu le dimanche 19 décembre. Elle débutera à 11h15 par un rassemblement devant l’Hôtel de ville, auquel tous les Rosnéens sont conviés, en présence de nombreuses personnalités et de la famille de l’ancien élu.

Elle se poursuivra, à 11 h 45, par le dévoilement d’une plaque et un discours de Claude Capillon, maire de la ville. La plaque rappellera le dévouement de Claude Pernès à la commune de Rosny-sous-Bois durant vingt-sept ans.

Une ville qu’il a modifiée en profondeur, à travers des réalisations essentielles : l’ouverture du premier centre commercial dédié à la maison, la création d’un golf, d’une résidence pour les gens du voyage ou encore de l’Ecole Nationale des Arts du Cirque, …
Une ville dont le maire aux cinq mandats a porté le nom, à travers la présidence de l’Association des Maires d’Ile-de-France (AMIF), dont il a été le président entre 1995 et 2010, et ses multiples actions à l’international.

On l’a compris : Claude Pernès l’humaniste laissera un grand vide. La création d’une rue à son nom est une façon modeste de combler ce manque dans le cœur des Rosnéens.

Venez nombreux dimanche 19 décembre pour lui rendre cet hommage !

Sur Facebook

commentaires

  1. Etant en Province , lors des obsèques de Claude PERNES ; je tenais – évidemment – à assister à cette inauguration .
    J’ ai trouvé le discours de Mr le Maire , juste et digne ( d’ autant qu’ il n’ est pas facile , de succéder à un homme de la dimension de Claude ) ; et celui de sa fille empreint bien sûr d’ amour , de sincérité , et par conséquent forcément d’ émotion.
    Comme beaucoup ; je me suis étonné de l’absence de son épouse Patricia , et tout en respectant sa décision dont les raisons personnelles ne regardent qu’ elle , j’ ose seulement espérer qu’ elles n’ ont pas été dictées par des pressions électoralistes .