s'abonner: Articles | Commentaires

Crèches en danger : l’intervention de Claude Capillon

Commentaires fermés sur Crèches en danger : l’intervention de Claude Capillon

Lors du Conseil Général du 21 mars 2013, la majorité socialiste a fait voter la suppression des subventions aux crèches privées sur le département. Or, l’offre public ne couvre que 30% des besoins.

Famille

Claude Capillon, Conseiller Général de la Seine-Saint-Denis, Maire de Rosny-sous-Bois et Président de l’URAM est intervenu pour demander solennellement à Stéphane Troussel, l’actuel Président du Conseil Général, de ne pas supprimer ces aides précieuses sans lesquelles beaucoup de familles seront privées d’un moyen de garde accessible financièrement.

Dans son intervention, il demande à la majorité de ne pas sacrifier les enfants et les familles « à l’aveuglement de débats publics/privés aussi dépassés que dogmatiques« . En effet, bien trop souvent par dogmatisme mal placé, la gauche oppose le public et le privé en présentant ce dernier comme un acteur illégitime quand il tente d’assumer sa part de responsabilités dans la vie sociale de nos villes.

Les conséquences de ce réflexe pavlovien touchent directement les familles les plus vulnérables mais aussi les classes moyennes avec le plus souvent des couples de jeunes actifs contraints de dégrader leur vie professionnelle pour assumer au mieux la garde de leurs enfants avec toutes les conséquences sur l’économie réelle (baisse du pouvoir d’achat, déclin de l’activité de l’entreprise, etc.).

A ce sujet, il dit :

Le marché de l’emploi est particulièrement tendu et de la capacité à faire garder les enfants, dépendent beaucoup d’emplois.

Comment être plus clair ?

Il souligne aussi que « Ces crèches privées ont offert 1200 nouveaux berceaux en 5 ans dans notre département » et que « Ces crèches privées ont créé en 5 ans 300 emplois pérennes en CDI en Seine-Saint-Denis.« 

Pour conclure :

Quand on porte atteinte aux enfants, c’est à la société toute entière et donc à l’intérêt général qu’on porte un bien mauvais coup !

L’Uram œuvre pour que tous les rosnéens puissent bénéficier du niveau de vie auquel ils aspirent et qu’aucune barrière politico-dogmatique ne porte atteinte à leurs ambitions. Par de telles mesures, le Conseil Général de Seine-Saint-Denis abime la vie sociale et économique de notre territoire.

Claude Capillon est et restera engagé pour préserver les Rosnéennes et les Rosnéens des impacts néfastes de telles mesures.

Ce sont contre ces décisions, prises à l’encontre du bon sens, que l’Uram s’est toujours battue et continuera de se battre  parce que Claude Capillon et l’URAM agissent chaque jours afin qu’ensemble on vive encore mieux à Rosny-sous-Bois.

Sur Facebook

commentaires

Les commentaires sont clos.